Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2007 6 01 /12 /décembre /2007 20:16

Viggo Mortensen et Naomi Watts. Metropolitan FilmExport

Ce mystérieux chauffeur représente toute la fascination qu'exerce ce milieu dangereux sur la jeune sage-femme.

Synopsis:

Le soir de Noël, à Londres, une jeune fille meurt lors de son accouchement. Elle ne laisse derrière elle qu'une petite fille, et un journal intime. Anna, l'infirmière qui l'a faite accoucher, cherche à retrouver sa famille, mais le journal est écrit en russe, et bien que sa famille ait immigré de Russie, elle n'en comprend pas un mot. Son enquête va cepandant finir par la mener au cœur de la mafia russe, les Vori'v'zacone, où violence et prostitution sont les principales activités.

Mon avis:

Bienvenue (encore que l'on pourrait se poser des questions quant à la justesse du mot) dans l'univers mafieux de David Cronenberg. Dès la scène d'ouverture, avec un égorgement dont la caméra ne rate pas le moindre mouvement de couteau, ni la moindre goute de sang, on ne se fait pas d'illusions sur la suite de l'intrigue : violence et ambigüité, seront les maîtres mots de ce film qui refuse tout manichéisme. Ici, le plus violent des parrains a des allures de bon papy et la plus innocente des infirmières éprouve une certaine fascination pour le milieu pourrait-on dire.

Un scénario des plus malins donc, dans lequel on finit par perdre la notion du bien et du mal. Ainsi même le plus déséquilibré des psychopathes (Vincent Cassel, tout bonnement génial) apparaît comme touchant au détour de certaines scènes. L'exemple le plus frappant reste tout de même ce chauffeur (Viggo Mortensen dans ce qui est pour moi son meilleur rôle), dont on ne sait pas quelles sont les véritables motivations. Quant au spectateur, il est certainement la plus trouble des figures de ce monde, exprimant donc de l'affection pour chacun des personnages principaux.

Vient ensuite l'aspect le plus difficile du film, caché au début derrières les notes envoutantes du violon russe.  La violence du film se fait sans armes à feu. Ce qui la rend plus dérangeante. Ici on ne se contente pas de voir un homme mourir, on le voit agoniser. A ce titre, deux scènes sont très représentatives. Celle où une jeune fille sans défense déstinée à devenir prostituée se fait presque violée, et la scène du sauna, où Nikolaï, le chauffeur, affronte nu deux personnes. Dans chaque scène une personne très vulnérable, pour différentes raisons, devient victime de ce monde opressant.

Au final, on ressort boulversé de ce film qui ne nous aura pas pris par la main, pour nous montrer la réalité de la violence.

Ma scène culte:

La fin, qui laisse le spectateur perplexe. Bien qu'en apparence tout soit résolu, on s'interroge toujours sur le pourquoi du comment. Quelles sont finalement les vraies motivations de chacun des personnages? A méditer.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jérémy 22/08/2008 12:27

Très bon film de Cronenberg en effet.
L'exposition est effroyable, puis la séquence du sauna, fallait oser.
Par contre la VF montre encore une fois sa nullité : en se doublant lui-même, Cassel se ridiculise mortellement alors qu'en VO c'est génial...

Musashi-91 01/12/2007 20:19

PrétentieuxJ'avoue que mon article peut sembler un peu prétentieux, mais il n'en reste pas moins qu'il est vrai. Et puis je me suis bien amusé a le rédiger. Si seulement je pouvais pondre des trucs pareils en francais.

Présentation

  • : Studio M91
  • Studio M91
  • : Un petit blog sans prétentions, pour partager mon avis sur les films qui m'auront marqué, en bien ou en mal (surtout en bien, comme vous pourrez le constater).
  • Contact

Recherche