Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 15:33

http://fr.web.img1.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/92/83/85/20441808.jpg

Un président face à son destin, un mythe en construction

Synopsis :

Alors que la guerre de Sécession fait rage depuis près de 4 ans, le président Lincoln, fraîchement réélu, décide de soumettre au sénat le treizième amendement qui abolit l'esclavage. C'est le début d'une féroce bataille politique.

Mon avis :

Il arrive que dans l'Histoire d'un peuple, la confiance de ce dernier en ses dirigeants faiblissent. Lorsque ceci est l'oeuvre du souffle salvateur d'une révolution porteuse de justice, nous ne pouvons que nous laisser porter, et embrasser cette cause. Malheureusement, la démocratie a accouché d'un parent pauvre, que d'aucun nomme démagogie, et qui attaque directement la foi du peuple en son avenir. Un coeur qui se refuse à prendre partie, qui nivelle tout par le bas, et refuse ses responsabilités souffre de cynisme.

Aujourd'hui, je baisse les yeux, et je ne vois partout qu'un cynisme savamment entretenu. À l'heure où notre monde traverse sa plus grande crise, rares sont ceux qui osent espérer des lendemains qui chantent. Or, il a été prouvé, maintes et maintes fois, que seul l'espoir peut guider les grands changements. L'Histoire l'a prouvé.

Alors, maintenant que nous nous trouvons face aux décisions les plus importantes que nous avons à prendre pour notre avenir, je vous demanderai de prendre un instant de recul, et de regarder vers le passé. Il s'agit de redonner ses grandes lettres d'espoirs à la lutte pour ses idéaux.

J'ai eu la vision d'une silouhette portant le poids d'une telle lutte, mais dont on devine la fière stature au milieu d'une chambre sombre, découpée par l'unique raie de lumière traversant le lieu. J'ai eu la vision d'un visage marqué par l'âge, les soucis et le chagrin, qui continuait de sourire à l'adversité. J'ai eu la vision d'un président qui traversait les camps militaires ravagés par la mort, et qui conservait une foi inébranlable en la puissance des mots.

Prenons du recul, regardons le passé et imprégnons nous des discours d'un homme qui ne se laissait pas entravé par les défauts d'un système évidemment imparfait. Le président dont je veux vous parler a les traits d'un humain, porte en lui les souffrances d'un humain, mais offre à l'Histoire la figure d'un mythe. Sa force, il la tire de son caractère tranquille. Sa cause est son idéal, et le langage est son arme. La grande force des mots, vient de ce qu'ils peuvent faire surgir les idéaux les plus nobles d'un homme, en toute situtation. Ils portent en eux une flamme divine qui permettent d'élever qui sait les apprivoiser au dessus de sa condition.

La démocratie demande des compromis. Les mots n'en acceptent aucun mais permettent de franchir toute opposition. La démocratie demande du courage. Les mots en sont le plus beau carosse. La démocratie demande d'agir. Les mots, une fois leur pouvoir respecté, ne sont que pure action.

Cet homme dont je vous parle était un modèle en son temps. Capable de retenue et de réflexion, aussi bien que de fermeté, il a mené les combats les plus difficiles de son époque. Et si je vous parle de cet homme, c'est qu'aujourd'hui il est un modèle. Si l'on veut bien écouter son histoire, on y trouvera l'inspiration nécessaire pour lutter contre le cynisme qui nous ronge.

En ces temps où le ne sait plus vers quel partie se trouner, il nous reste beaucoup à apprendre de notre Histoire. Et lorsqu'une figure du passé daigne ressurgir avec un tel éclat, nous nous devons de l'acceuillir. Et de dire merci.

Ma scène culte :

Daniel Day Lewis est prodigieux en Lincoln, aussi rebattu que cela puisse paraître. Néanmoins je dois citer une scène où il n'apparaît pas, et où le personnage de Tommy Lee Jones, défenseur invétéré de l'égalité entre blancs et noirs se retrouve face à un dilemme : pour faire passer l'amendement, on lui demande un compromis qui va contre ses idéaux. La prouesse est formidable, un véritable exemple de rhétorique, où le langage change de sphère en une seconde, et fait basculer la donne! Fabuleux !

Repost 0
14 septembre 2006 4 14 /09 /septembre /2006 19:51

Tom Cruise. Warner Bros. France

Au pays des samouraïs, où tout est calme et beauté, Algreen va réapprendre à vivre.

Synopsis:

En 1876, Nathan Algreen est considéré comme un héros de la guerre contre les Sioux. Cependant, torturé par les horreurs qu'il a commises durant cette guerre, il a sombré dans l'alcoolisme. Cependant un jour, l'empereur du Japon, désireux d'occidentaliser son pays, fait appelle à lui pour entraîner ses soldats, afin de se débarrasser d'un groupe de samouraïs fortement opposés aux changements que subit l'archipel. Mais lors d'un affrontement entre les deux camps, l'armée impériale, encore jeune, est vaincue, et Algreen est fait prisonnier. Contre toutes attentes, il va découvrir un monde qui le fascine en celui des samouraïs et peu à peu retrouver son honneur perdu.

Mon avis:

A première vue on pourrait croire que l'on a affaire à film classique sur les samouraïs. Mais pourtant à chaque fois qu'on le voit, on sent qu'il est différent. Peut être est-ce la présence de Tom Cruise (qui tient ici sa meilleure prestation à ce jour) et l'agréable touche américaine qu'il apporte ? Ou bien sont-ce les messages transmis qui passent très bien auprès du spectateur ? Dans tous les cas ce film sur le mélange des cultures et des traditions est magnifique. Certaines images à elles seules valent le détour.

Immanquable.

Ma scène culte:

Les scènes où Algreen décrit la vie des samouraïs et tente de les comprendre. Cependant il y a également une scène très marquante juste avant, lorsque le spectateur assiste, dans la maison aux hurlements d'un Tom Cruise désespéré, rongé par le remord. Bouleversant.

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Studio M91
  • Studio M91
  • : Un petit blog sans prétentions, pour partager mon avis sur les films qui m'auront marqué, en bien ou en mal (surtout en bien, comme vous pourrez le constater).
  • Contact

Recherche